Comme vous le savez, la France élira son/ sa futur(e) président(e) durant les prochaines semaines.

Pour l’occasion, nous vous avons sondé, gérant(e)s d’hôtels indépendants, de gîtes et chambres d’hôtes*, pour connaitre vos préoccupations, préférences et propositions alternatives à l’approche du 1er tour.

Quels sont les enjeux les plus critiques pour l’avenir des hébergeurs indépendants ?

  • Une réglementation trop contraignante est le principal problème pour 46.8% des interrogés, et rend difficile les investissements ainsi que les embauches.
  • La concurrence déloyale qui découle de l’uberisation de l’économie, car il est désormais possible de louer ses chambres sans devoir respecter les mêmes règles que les professionnels (12.4%).
  • La baisse du pouvoir d’achat de leurs clients pour leurs vacances (12.4%)
  • Les principales préoccupations sont financières, avant la sécurité sur le territoire français (7,3%), la gestion des Agences de Voyage en ligne (4.6%), ou encore la place de la France dans l’Union Européenne (3.2%).

 

Les critiques relevées par ceux qui se plaignent d’une régulation trop importante :

  • Un niveau d’imposition trop élevé : la taxe foncière et l’impôt sur les PME et TPE (64.7%)
  • La difficulté d’embauche, qui est la conséquence directe du coût du travail, principalement des charges sociales (24.5%)
  • Le RSI (Régime Social des Indépendants) : un statut spécialement créé pour la protection sociale des indépendants, vu comme inefficace et très couteux, à cause de nombreux dysfonctionnements (10.8%)

 

Que proposent les candidats ?

Ils souhaitent, en majorité, résoudre le problème du niveau d’imposition et des charges sociales, pour améliorer la capacité d’investissement des entreprises, et pour faciliter l’embauche.

Pour le niveau d’imposition, les candidats prévoient de les diminuer généralement pour toutes les sociétés, ou sous conditions pour Hamon et Mélenchon.

Concernant les charges sociales, les points de vue divergent : Fillon et Macron proposent de les réduire pour l’ensemble des sociétés, là où Le Pen vise uniquement les petites structures, et Mélenchon prévoit de les augmenter.

Sur le RSI (Régime Spécial des Indépendants), la plupart des candidats s’accordent pour que les indépendants bénéficient désormais des mêmes droits que les employés (Macron, Hamon et Mélenchon). De leur côté, Fillon et Le Pen souhaitent le réformer, notamment pour le rendre plus efficace, en réduisant les erreurs et la lenteur régulièrement pointés du doigt.

 

Les candidats ont également des opinions différentes à propos de l’économie collaborative, ou uberisation de l’économie.

  • Mélenchon veut mettre fin à ce phénomène, et Le Pen réclame de nouvelles lois pour garantir une concurrence loyale, sous la supervision d’un secrétaire d’état en charge des mutations économiques.
  • Macron et Hamon proposent de simplifier ce problème en donnant les mêmes droits aux travailleurs indépendants et aux employés, via des procédés différents : Macron prévoit de supprimer le RSI et Hamon veut créer un nouveau statut pour ceux qui ne bénéficierait pas du régime général.
  • En revanche, Fillon n’a pas encore donné de position claire sur ce sujet.

 

Les candidats s’accordent pour augmenter le pouvoir d’achat des Français, et donc leur «budget vacances ».

  • Fillon prévoit une diminution des charges sociales sur les salaires, une baisse des impôts et une augmentation des pensions pour les retraités les plus modestes.
  • Macron soutient également une diminution des charges sociales, et propose de supprimer la taxe d’habitation pour 80% des Français.
  • Les candidats de Gauche (Hamon et Mélenchon) proposent une augmentation du salaire minimum des Français, et Le Pen souhaite une diminution de leur niveau d’imposition.

 

La place de la France en Europe ?

Une majorité de gérants d’hôtels indépendants, gîtes et chambres d’hôtes souhaitent rester dans l’Union Européenne, ce qui semble logique vu que la France est toujours la 1ère destination touristique au monde, et la 1ere destination pour les résidents de l’Union Européenne.  La France bénéficie de mesures de la Commission Européenne, qui favorisent la circulation au sein de l’UE, la sécurité des personnes et les intérêts matériels des voyageurs. 

Sur ce sujet, Macron, Fillon et Hamon s’accordent pour renforcer l’Union Européenne plutôt que de la quitter (Le Pen) ou de la rendre moins libérale (Mélenchon).

 

Et les intentions de vote ?

  • François Fillon, du parti Les Républicains, est premier avec 34.6% des intentions de vote
  • Emmanuel Macron, fondateur d’En Marche ! est deuxième avec 26.4%
  • Les autres candidats sont loin derrière, avec 13.4% pour Marine Le Pen, 10.6% pour les deux candidats de la Gauche (5.3% pour Benoit Hamon et 5.3% pour Jean-Luc Mélenchon). 
  • Nicolas Dupont Aignan, François Asselineau,, Jean Lassalle, Jacques Cheminade, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou cumulent 6.5% des voix, c’est pourquoi nous avons choisi de ne pas détailler leur programme politique.
  • 8.1% des interrogés ne se prononcent pas.

Selon ce sondage, les répondants favorisent les candidats les plus libéraux, à savoir Fillon et Macron, devant ceux qui souhaitent augmenter le taux d’imposition ou les charges sur les sociétés et sur les Français, ou qui désirent quitter ou limiter l’influence de l’Union Européenne.

 

Le mot de la fin ?

Malgré l’importance critique de ces élections, les répondants ont réussi à conserver leur sens de l’humour et leurs souvenirs : à la question « Quelle célébrité souhaitez-vous élire comme prochain président ? », Coluche a été désigné comme le grand gagnant, malgré le retrait de sa candidature en 1981.

Il devance Patrick Poivre d’Arvor, Zinedine Zidane, Mimi Mathy et même… Maman !

 

Quelques chiffres clés :

En France, 8 500 hôtels indépendants représentent 50% de l’ensemble de l’offre hôtelière. Ce marché compte également 61 000 chambres d’hôtes et 160 000 gîtes et meublés de tourisme. Autour de 80% d’entre eux sont situés en zones rurales, et 20% sont en zones urbaines ou péri-urbaines.

* 250 gérants d’hôtels indépendants, gîtes et chambres d’hôtes ont répondu à ce sondage entre mars 2017 et avril 2017. Ces derniers proviennent majoritairement de zones rurales, et 71.9% d’entre eux proposent moins de 10 chambres.